Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/03/2011

Top Chef 2011: Episode 7

top chef

 

En ce 7ème épisode, nos candidats ont une nouvelle fois été mis à contribution dans des défis rocambolesques et ayant de moins en moins de rapport direct avec la cuisine.

En premier lieu, l'épreuve coup-de-feu, qui permet simplement au gagnant de remporter "un avantage décisif" dixit la chaîne (en réalité, les avantages sont très variables d'une épreuve sur l'autre, et se révèlent même parfois limite piégeux).

Cette épreuve avait pour but de faire manger et aimer (ou plutôt ne pas trop détester!) à des Anglais des "plats français typiques", dixit le site de Top Chef. En réalité, des plats à base de produits que même la plupart des Français n'aiment pas. J'en veux pour preuve la liste exhaustive des produits en question: escargots, cuisses de grenouille, boudin noir, steak de cheval, andouillette, langue d'agneau. Pourquoi pas de la cervelle ou du foie de veau aussi. Même des Français "moyens" auraient du mal, alors des Anglais.. Qu'on essaye déjà de leur faire aimer les vrais trésors de notre gastronomie !

Au final, je trouve que cette épreuve coup-de-feu semble surtout être le prétexte pour inviter les amis-complices-familles-partenaires de la " Prod' ". Partenaires financiers, j'entends. Quant à la famille et aux amis, il me semble évident notamment que les convives des épreuves destinées à faire plaisir à des enfants sont les enfants des salariés de la maison.

Bref, en l'occurrence, on applaudit bien fort (ou pas) Fanny (la râleuse, pète-sec, puante tellement elle est sûre d'elle) d'avoir réussi à faire aimer du boudin à des Anglais, en le masquant avec de la poire. Et dire que c'est grâce à Tiffany qui l'a aidée à mettre ses lamelles de poire à la fin. Décidément, cette Tiffany n'a pas assez de vice en elle, elle se fait marcher dessus et en plus elle demande pardon.

 

boudin noir

 

Seconde épreuve, l'épreuve des chefs. Comme il faut toujours leur trouver des épreuves où la cuisine n'est qu'une partie du défi.. Mais si, souvenez-vous de précédentes épreuves:

La semaine dernière: faire une recette du 17ème même pas écrite en bon françois dans une cuisine du 17ème (tiens oh comme par hasard, c'est celle d'une célébrité !)  (et d'ailleurs en passant, est ce que c'est bien normal que les candidats soient séparés en 2 groupes, avec des missions complètement différentes ? et est ce bien normal que les candidats soient jugés sur des recettes différentes qui leur sont imposées ? et est ce également bien normal qu'on change les équipes au milieu, est ce que cela met vraiment tout le monde sur un pied d'égalité ?)

La semaine d'avant: faire un banquet de mariage avec les candidats déjà éliminés, donc les plus mauvais..  Encore heureux, ils ne leur ont pas demandé de faire un numéro de cirque dans le milieu.

La semaine encore avant: défier les meilleurs top chefs de l'an dernier sur un produit bien spécifique, et se juger les uns les autres

Bref, puisqu'on s'éloigne de plus en plus de la cuisine pure, pourquoi pas cette semaine.. suspense.. redécorer un resto sans les artisans de Valérie Damidot (dommage, à une semaine près..), faire les courses de bouffe et de mobilier en fonction d'un budget, choisir un nom de resto, installer les meubles et les accessoires de déco, cuisiner, servir en salle, faire l'addition.. tout ça en 48h, top chrono !

Je trouve que c'est vraiment dénigrer le métier de décorateur (hé oui, Ronan, le bon goût ce n'est pas donné à tout le monde) comme celui du service en salle (oui oui Pierre-Sang, on ne fait pas le loup de Tex Avery devant les clientes, on met des nappes sur les tables et on s'assure qu'elles ne sont pas bancales bien avant que les clients arrivent, on sait de quel vin on parle et on ne compte pas 5 menus au lieu de 4 au moment de l'addition). Oh les filles non plus n'ont pas été parfaites, repasser une nappe sans rien mettre sous le fer par exemple, mais c'est plus une faute de jeunesse.

Je passe sur les gros problèmes d'ego des plus anciens sur le plus jeunes, je trouve ça lamentable, bien que je tienne à souligner que Stéphanie nous a montré qu'on peut avoir de l'ego ET de l'humanité et/ou deux sous de jugeote, même si elle y a mis le temps.

Je préfère m'attarder sur la beauté de certains plats, notamment l'entrée (photo en tête de l'article) et le dessert des filles, la curiosité pour la soupe à l'oignon aux ravioles, curiosité non encore assouvie puisqu'on ne trouve la recette nulle part pour le moment, et le ravissement pour la boisson apéritive proposée par les filles.

 

resto filles

Finalement tout ça est de notre faute vous savez, ou plutôt de la vôtre. Si vous étiez moins nombreux à regarder ces foutues émissions, ils ne partiraient probablement pas dans ces délires absurdes, juste histoire de faire durer l'émission.

En cela et sur d'autres points, j'ai préféré de beaucoup Masterchef. Outre que la cuisine des amateurs nous parle plus que celle de professionnels, les challenges étaient plus centrés sur la cuisine, les chefs se prêtaient volontiers au jeu du "regarde ce que moi j'aurais fait avec ça", même si les dernières épreuves étaient beaucoup trop difficiles et aléatoires. J'ai lu aujourd'hui, sur le forum de M6 je crois, une fille qui proposait qu'à chaque épreuve des points soient distribués, ce qui aurait pour conséquence que l'on pourrait faire partir les candidats qui ont le moins séduit sur la longueur. Car la dégustation à l'aveugle proposée sur M6 est certes plus engageante sur la neutralité du jugement, mais de ce fait même, ne juge que sur un instant t. Or tout monde sait très bien que même un macaron Michelin se gagne sur la durée et la régularité et pas sur un seul plat à un moment donné. Le restaurateur qui te sort un plat sublime "par accident" une fois l'an, est forcément moins couvert d'éloges que celui qui aura des plats un peu moins sublimes, mais régulièrement excellents. Et d'ailleurs Paul-Arthur est reconnu par ses pairs alors qu'il va toujours à la dernière chance, quelle est la logique à cela ?

masterchef

Passons justement à la dernière partie: La dernière chance

Oui, dernière chance pour l'un deux, mais pas pour tous.

Voilà en tout cas une épreuve comme elles devraient être toutes: un produit à mettre en valeur, avec ou non des contraintes, avec un choix plus ou moins réduit, et plus ou moins imposé, de produits pour l'accompagner. On est là dans la cuisine pure, où tous sont à égalité. Ce qui me gêne encore un peu ici (bien que cela se voie moins depuis que les candidats sont moins nombreux), c'est l'agencement des postes de travail. Dans un coin tous les feux, donc tout le monde se mélange et se marche dessus. Dans un autre coin, tous les fours et là pareil, premier arrivé premier servi, c'est le bazar, tout le monde court, c'est idiot. Encore une fois donc, Masterchef marque des points où chacun a un poste identique à celui du voisin, où chacun a son territoire et n'est pas gêné par les autres. Le plus de Top Chef c'est d'utiliser du gaz. Tel que cela se pratique donc dans la très très grande majorité des restaurants. Masterchef avec ses rangées d'induction, certes c'est moins dangereux, mais qu'est ce que ça tombe en panne (je pense que Marine ne me contredira pas)

Finalement, comme le dit si bien Charles Decant, "Ronan et sa modestie quittent l'aventure". Heureuse fin donc. Pour la peine, je ne mets pas sa photo, je mets les coin-coin à la place. Promis la prochaine fois, je raconte mieux et je fais moins de procès. Bises à tous.

canard

 

16:38 Publié dans TV | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : top chef, m6, cuisine