Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/02/2009

18 février 2009, 10h30

Bien que cela date de vendredi, je n'en ai entendu parler que ce matin sur France Info, en allant au boulot.

[EDIT 10h53] En relisant le post, je vois que la dépêche AFP date de lundi. Il n'empêche - on ne me prendra pas pour une folle - la dépêche Reuters, elle, date bien de vendredi. Pourquoi utiliser celle de l'AFP alors ? Parce qu'on y retrouve les détails entendus sur France Info ce matin, tout simplement. [/EDIT]

Terrifiant.

 


Publié le 16 février 2009

Deux juges américains ont admis avoir touché plus de 2,6 millions de dollars de la part de prisons privées en envoyant pendant des années de jeunes mineurs en détention ou en camp disciplinaire pour des délits sans rapport avec leur peine.

Les plaintes en nom collectif s'accumulent contre ces deux juges de Pennsylvanie (nord-est) qui ont reconnu devant la justice la semaine dernière, avoir "conclu un accord pour garantir la fourniture de jeunes délinquants" auprès d'une société privée d'exploitation de prisons, PA Child Care.

Ils ont touché, en échange, des compensations financières de 2,6 millions de dollars de 2000 à 2007, selon les documents de justice. Les juges Mark Ciavarella et Michael Cohahan sont accusés de conspiration pour fraude contre les Etats-Unis devant un tribunal fédéral de Pennsylvanie.

Une organisation de défense des jeunes devant la justice, le Juvenile Law Center, basé à Philadelphie (Pennsylvanie) va déposer en fin de semaine les plaintes de plusieurs dizaines de familles, après qu'elles eurent appris que leur enfant avait été envoyé injustement en détention, a indiqué une porte-parole à l'AFP lundi. Plusieurs plaintes de familles ont déjà été déposées séparément.

Au total, plus de 5.000 adolescents ont été jugés coupables au cours de cette période par les deux juges qui opéraient dans le comté de Luzerne, une ancienne région minière pauvre à majorité blanche. Et plus de 2.000 ont été envoyés en détention, a précisé Marie Roda, porte-parole du Juvenile Law Center.

Issus de familles dévaforisées et peu instruites, "les jeunes étaient des cibles faciles. Beaucoup d'entre eux n'avaient même pas d'avocats et quand ils demandaient un avocat commis d'office, on leur disait qu'il faudrait attendre des semaines", en prison, a-t-elle indiqué. Les jeunes avaient entre 13 et 18 ans.

"Nous devrions représenter (devant la justice) plusieurs dizaines de familles au moins mais nous ne savons pas encore combien exactement signeront la plainte", a précisé le Juvenile Law Center.

En reconnaissant leur culpabilité, les deux juges, qui ont été laissés en liberté, ont admis risquer un minimum de 7 ans de prison. Le juge fédéral peut toutefois les condamner à une peine supérieure, allant jusqu'à 25 ans de détention. Leur jugement ne devrait pas intervenir avant plusieurs mois.

"Les familles n'arrêtent pas d'appeler depuis que l'affaire est sortie" début février, "mais certaines d'entre elles ne se pourvoiront pas en justice parce qu'elles veulent juste en finir et obtenir de laver le casier judiciaire de ces jeunes qui n'auraient jamais dû finir en prison, voire au tribunal", a indiqué la porte-parole du Juvenile Law Center.

La Cour suprême de Pennsylvanie a nommé mercredi un juge spécial, issu d'une autre région, qui va revoir tous les cas traités par ces juges corrompus.

Parmi les témoignages reçus par l'association Juvenile Law Center, figurent ceux d'un jeune garçon envoyé 9 mois en détention pour avoir volé un flacon d'épices de noix de muscade d'une valeur de 4 dollar, d'un autre jeune condamné à 3 mois pour avoir volé de la menue monnaie dans une voiture ou encore celui d'un garçon de 13 ans envoyé en camp de redressement plusieurs week-ends pour avoir exploré un bâtiment désaffecté.

Dans de nombreux cas, les jeunes étaient envoyés dans des centres pénitentiaires loin de leurs familles et souvent malgré l'avis contraire des juges d'application des peines.

10:30 Publié dans USA | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : usa, justice